Se advierte al usuario del uso de cookies propias y de terceros de personalización y de análisis al navegar por esta página web para mejorar nuestros servicios y recopilar información estrictamente estadística de la navegación en nuestro sitio web. Política de cookies · Acepto · No acepto

Déjate seducir por el mundo del vino

Menú

Benoit Dussart: ”Ma passion pour les vins m’a fait tout quitter”

21 noviembre, 2019

Javier Nácher / vídeo: Vicente Escrivá

La plupart des consommateurs de vin choisissent généralement l’un ou l’autre pour le goût, la marque, l’appellation d’origine ou peut-être sur recommandation d’une connaissance. Mais combien de personnes connaissent l’histoire de chaque chai? Parfois, ces histoires n’ont pas grand chose à raconter, mais ce n’est pas le cas de Dussart Pedrón. Un projet d’influence française au cœur de la DO Utiel-Requena. Ses fondateurs, Benoit et Silvia, incarnent la philosophie du chai, lui originaire du nord de la France et elle de Los Pedrones (Requena): une ville d’à peine 200 habitants où se trouve Dussart Pedrón.

Qu’est-ce qui vous motive à passer votre dernière année d’étude à Valence?

La première chose à faire est que je voulais changer d’air. Il fait très beau ici et cela m’a beaucoup attiré car je viens du nord de la France et il fait très froid là-bas. J’avais aussi un bon ami qui connaissait beaucoup plus l’espagnol que moi et qui voulait se lancer dans cette aventure. Nous avons donc commencé le voyage pour apprendre une nouvelle culture, un pays différent et continuer à étudier mais loin de chez nous. De plus, c’est une bonne expérience à inclure dans le programme parce que nous montrons que nous nous adaptons et sommes ouverts aux nouveaux défis.

Vous avez étudié le métier d’ingénieur des routes, d’où vient alors la passion du vin?

La passion du vin je l’ai depuis toujours. Mes grands-parents, mes parents, mes oncles, en général toute la famille apprécie beaucoup le vin. Donc, depuis que je suis enfant, j’ai fait de nombreuses dégustations de vin et j’apprends petit à petit comment on l’élabore.

Vous terminez les études, rentrez chez vous et vous et votre femme exercez chacun votre profession (ingénieur des routes et professeur de mathématiques). Qu’est ce qui vous pousse à tout quitter et à vous consacrer au monde du vin?

La vérité est que nous occupions le même poste depuis 13 ans. En particulier, le mien, responsable de la construction, était un travail très dur, très stressant car, même si cela me plaisait beaucoup, j’étais pas du tout sûr de mener ainsi toute ma vie. Quand je prendrais ma retraite, je ne me sentirais pas épanoui. En conséquence, j’ai parlé avec Silvia, mon épouse, et nous avons constaté que, mon beau-père ayant pris sa retraite il ya quatre ans et que la cave n’était toujours pas utilisée, nous avons décidé de tout quitter et de nous consacrer à l’élaboration de notre propre vin.

Ce chai était en désuétude depuis les années 60, comment l’avez-vous trouvé et quelles difficultés aviez-vous rencontré au début?

Auparavant, avant la création de la coopérative, les habitants de la région fabriquaient leurs propres vins chez eux et les vendaient eux-mêmes. Lorsque nous sommes entrés dans la cave en 2017, il y avait des fuites, la moitié du toit était en baisse, le sol était boueux et il ne servait que d’entrepôt pour stocker les produits agricoles. Nous avons donc décidé de procéder à une grande rénovation pour donner une seconde vie au chai. Nous avons décidé de conserver le pilier central et les murs. Cela a été fait entre avril et mai 2017, par les architectes CRUX, qui sont de notre famille. L’idée était de maintenir autant que possible la structure originale. Le résultat est un mélange d’ancien et de moderne.

Que voulez-vous exprimer avec ce contraste ancien-moderne?

L’objectif était de respecter le project original et de transmettre qu’elle était autrefois une chai, puis pendant un moment, et revient enfin.

Vous faites la réforme, et tout à coup le Collège Officiel des Architectes de la Communauté Valencienne vous décerne le prix de «l’intervention sur les bâtiments existants». Vous vous y attendiez?

Pas du tout, car c’était un petit projet pour un petit domaine viticole. Inattendu pour nous et pour les architectes qui étaient en charge de la réforme. Mais à la fin, quand les choses sont faites avec amour, il y a généralement des résultats comme celui-ci.

En ce qui concerne vos études et le métier que vous avez exercé lorsque vous avez terminé votre carrière, avez-vous continué à appliquer des concepts au monde du vin?

Pas du tout, c’est quelque chose de très différent à tous points de vue. Ce que je remarque le plus, c’est qu’avant j’avais beaucoup de personnes à ma charge, sous ma responsabilité, et maintenant je travaille pratiquement seul, c’est précisément ce que je cherchais.

Deux ans seulement après la réouverture de ce chai et en mai 2019, Robert Parker a attribué une note de 91 points à deux de vos vins. En si peu de temps, il semble que vous commenciez à récolter de bons résultats, n’est-ce pas?

Ça a été une très bonne surprise. Une si bonne note en si peu de temps ne rentrait pas dans nos plans. J’ai toujours aimé le vin, mais lorsque vous faites quelque chose et que vous l’aimez, vous n’avez peut-être pas une vision très objective de votre travail. Cependant, s’il s’agit d’une personne que vous ne connaissez pas et qui a un tel prestige dans ce monde, cela signifie que vous vous en sortez bien. Le projet a bien commencé mais le plus difficile est de maintenir la barre.

Votre passion pour le vin est née presque avec vous en France, depuis votre enfance. Que pensez-vous que «la reine de la culture du vin» vous donne lorsqu’il s’agit de les élaborer ici à Valence?

Les vins français sont très différents de ceux d’ici. La ligne que nous suivons dans ce chai consiste à utiliser les cépages autochtones et à les élaborer avec un style plus proche de celui du nord de la France. Ce sont les vins que j’aime et c’est pourquoi j’essaie de me différencier de la sorte avec les autres vins d’ici. Vins fins, élégants et très frais. Peut-être que si nous goûtions ces vins à l’aveugle, nous ne penserions pas qu’ils viennent de cette région du sud, peut-être qu’ils seraient plus typiques du nord de l’Espagne ou du sud de la France.

De quels vignobles sont nés vos vins?

Au total, nous avons 18 hectares, pour notre project nous consacrons entre trois et quatre hectares. Le reste est récolté et vendu comme raisin à la coopérative de Los Pedrones. Nous ne prenons que les parcelles les plus anciennes, telles que la parcelle de bobal qui a été plantée lorsque mon beau-père est né, c’est-à-dire il y a 72 ans. Il s’agit donc de vieilles bobals produisant peu de raisin concentré. Ce sont des cultures de terre aride en gobelet et bio. La part destinée au grenache est un vignoble également en verre, sec et qui aura un peu plus de 40 ans.

Quels vins pouvons-nous acheter dans votre cave?

Au début, nous avons commencé avec deux vins, maintenant nous en avons trois et bientôt nous en aurons quatre. Les deux premiers sont deux monocépages de bobal et de grenache. En 2018, nous avons obtenu un rosé qui est un coupage des trois variétés, grenache, bobal et cencibel. Et bientôt nous en lancerons un nouveau 100% cencibel.

Où pouvons-nous trouver vos vins?

Ils sont dans l’épicerie fine traditionnelle de Requena, sur l’avenue principale, ainsi que dans le magasin de vin “Benito” et à Valence, nous sommes chez Navarro Bodeguero et dans plusieurs restaurants haut de gamme.

Faire click ici pour voir la version en espagnol et la video de la chai

190315-do-utiel-requena-800x200px

Artículos en imágenes

0 comentarios en Benoit Dussart: ”Ma passion pour les vins m’a fait tout quitter”

Deja tu comentario

Tu e-mail no será visible.

* Requerido

* Requerido

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.